Mark Waid, Javier Rodriguez et Chris Samnee – Daredevil, Le diable au couvent (Tome 2)


Les origines du départ de la mère de Matt Murdock !

Mark Waid, Javier Rodriguez et Chris Samnee - Daredevil, Le diable au couvent (Tome 2)Ce tome qui reprend les épisodes #6 à #10 de cette quatrième saison de Daredevil poursuit donc les aventures du célèbre héros aveugle à San Francisco. Suite à sa radiation du barreau de New-York après avoir révélé son identité secrète en plein tribunal, notre ami avocat c’est en effet vu contraint d’aller exercer son métier ailleurs. Marvel a donc profité du déménagement de Matt Murdock pour renuméroter les épisodes et démarrer cette quatrième saga estampillée « All-New Marvel Now ».

Ce deuxième volet comprend deux arcs. Lors du premier, Mark Waid profite de l’event « Original Sin » de Jason Aaron pour faire ressurgir des souvenirs douloureux chez Matt Murdock. Il semblerait en effet que Jack « Batlin' » Murdock ne se contentait pas de frapper sur ses adversaires, mais qu’il serait également à l’origine du départ de la mère de Matt. Heureusement, grâce à Frank Miller on sait dorénavant que cette dernière a rejoint un couvent sous le nom de Soeur Maggie.

Excellent idée donc de Mark Waid, de profiter de ce cross-over pour aborder un sujet sensible, sauf qu’apparemment, Matt n’a pas choisi le bon moment pour mener cette enquête. Sa mère se retrouve en effet au beau milieu d’un conflit diplomatique avec le Wakanda. Du coup, cette intrigue délaisse un peu trop la piste de l’introspection au profit d’un récit capillo-tracté qui emmène Daredevil en Afrique pour y affronter la Panthère Noire, la sœur de T’Challa. L’histoire est loin d’être mauvaise, mais aurait pu être bien meilleure car l’idée de base est tout bonnement excellente !

Le second arc surfe également sur le thème de la famille en confrontant Daredevil à Zebediah Killgrave, alias L’Homme Pourpre. Cet ennemi détenant des pouvoirs d’auto-suggestion a en effet réuni ses cinq enfants cachés, qui détiennent les mêmes capacités que leur père. Une histoire qui se laisse lire…

Au final, le lecteur a donc droit à un bon album, même si je continue de regretter cette délocalisation qui dénature un peu ce héros qui porte dorénavant très mal son surnom de Diable de Hell’s Kitchen. Cette saga est marquée par un ton plus léger et une ambiance moins sombre par rapports aux runs de Frank Miller, Bendis ou Ed Brubaker. Daredevil est beaucoup plus positif et sa relation avec Kirsten est truffée d’humour, sans parler du décor beaucoup plus ensoleillé de Californie par rapport à l’ambiance sombre et pluvieuse d’Hell’s Kitchen. Le dessin légèrement rétro de Chris Samnee et la colorisation plus lumineuse collent d’ailleurs parfaitement à cette nouvelle ambiance qui a du mal à me séduire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :