Fabien Nury et Thierry Robin – La Mort de Staline, Funérailles


Les funérailles du Petit père des peuples !

Fabien Nury et Thierry Robin - La Mort de Staline, FunéraillesAprès avoir dédié le tome précédent aux derniers instants de Staline, Fabien Nury (W.E.S.T.Il Etait Une Fois en France, L’or et le sang) conclut son diptyque par les funérailles du Petit père des peuples, tout en poursuivant la lutte de pouvoir sans merci qui fait rage au sein des membres du Politburo.

C’est à nouveau principalement à travers le regard du ministre de l’Intérieur du régime totalitaire, Lavrenti Beria, que l’auteur distille sa vision romancée de cette tragédie et restitue avec brio l’ambiance politique de l’époque. Si ce tome aborde d’une part la préparation de funérailles qui se doivent grandioses, c’est surtout la guerre des prétendants au pouvoir (Beria, Malenkov, Khrouchtchev) qui s’annonce intéressante. Mêlant habilement fiction, réalité historique, complots, manipulations, ambitions personnelles et cynisme, sur fond de totalitarisme, Fabien Nury brosse un portrait tragicomique de l’époque stalinienne. S’il parvient à installer une ambiance tendue tout au long du récit, ses dialogues percutants font également preuve d’un réalisme qui fait froid dans le dos. Malgré l’absence de Staline tout au long de ce diptyque, l’ombre du tyran plane bel et bien au-dessus du récit et l’enveloppe dans un climat de terreur particulièrement réaliste. L’agitation de ses proches collaborateurs, les complots, les chantages, la corruption, la lâcheté, l’hypocrisie, la peur et la soif de pouvoir qui entourent le décès du despote, reflètent l’atmosphère politique tendue qui a dû régner à cette époque. Malgré l’ambiance historique sombre et le ballet sournois de figures historiques qui se bousculent aux portes du pouvoir, le récit parvient à adopter un ton cynique, parfois même légèrement burlesque, qui se nourrit admirablement du climat totalitaire et délétère insufflé par le régime de l’époque.

Usant de tons sombres et froids, le dessin semi-réaliste et légèrement caricatural de Thierry Robin (« Rouge de Chine », « Petit père Noël ») se place au diapason de l’atmosphère rude et oppressante de l’U.R.S.S. de Staline et contribue à insuffler une tonalité cynique particulièrement savoureuse.

Encore une petite perle signée Fabien Nury !

Retrouvez cette BD dans MON TOP de l’année !

2 Réponses to “Fabien Nury et Thierry Robin – La Mort de Staline, Funérailles”

  1. Faut que je lise ça !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :